• Thaïlande - Marche ou cuve

     
    Thaïlande - Marche ou cuve
     
     A peine quitté la plage, je remonte la route vers l’hôtel, lorsque je croise un couple bizarre.

     

    Tiens, vous avez dit bizarre, comme c’est bizarre !

     

    En effet, monsieur Thaï tient tout contre lui le dos de madame Thaï,  dans le sens de la marche, ses mains enserrent la taille de la dame. Madame marche donc (freine plutôt la marche) juste devant Monsieur, dans un corps à corps déglingué. Elle freine car vraisemblablement, elle ne veut pas avancer
    Monsieur doit la maintenir fermement et souvent la soulever de terre. Les jambes de madame battent alors dans le vide. Lorsqu’à force de gesticulations, elle parvient à poser une ou les deux jambes sur le sol, coup de frein et blocage.

     

    Monsieur la soulève encore, la secoue et ce couple bizarre avance lentement et en zigzag !  Parfois, ils font un demi-tour, puis un autre encore, et se retrouve dans leur sens d’origine. Ils repartent d’une allure désordonnée. Madame dit des choses insensées, pleurniche, soupire, crie, laisse parfois échapper des sons étranges.

     

    Je regarde avec inquiétude la scène, prêt à intervenir. (Quelle audace ou quelle inconscience !).
    Arrivant à leur hauteur, je constate simplement que madame est fin saoule. Non seulement, elle trimballe une bonne cuite aujourd’hui, mais elle doit être souvent dans cette situation, si j’en juge par sa tronche d’Halloween. Comment monsieur peut aimer une engeance pareille. Après tout, c’est peut-être sa sœur ou sa mère…. Je ne sais pas et me garderait bien de lui poser la question. 

    Pour le coup, je m’arrête, me retourne et contemple ce triste spectacle, un peu inquiet tout de même. Et s’il la frappait ?.... Et si elle se débattait, réussissant à lui faire lâcher prise et traversait cette route alors que la circulation est importante !  J’étais perplexe !

     

    Ils avancent encore un peu, et soudain, monsieur jette littéralement madame sur le rebord de la route. Rassurez-vous, à cet endroit c’est une pelouse. Madame s’avachît, geint encore, larmoie, s’essuie la morve dégoulinante de son nez avec le dos de sa main, essaie de se relever, mais n’y parvient pas.

    Monsieur se poste alors, au dessus de madame, l’enjambe et là coince au niveau de la taille avec ses pieds. Vous me suivez toujours ?       

                                                               

    Je rie de cette grotesque situation, en m’imaginant une issue incroyable, qui ferait les délices d’un journal local friand de faits divers : « Pattaya to day » :

     

    "Madame, prise d’une folie avinée se tortille, réussit à s’asseoir malgré les jambes de son "geôlier". Sa bouche se trouve à la hauteur des "roubignolles" de monsieur. Elle se jette avec rage sur les parties intimes de monsieur, serrant entre ses dents ces rondeurs suspendues et... sensibles, tout en tenant avec ses mains le pantalon de Monsieur qui ne peut que hurler sa douleur !"

     

    J’ai du rester trop longtemps au soleil !

     

    Il faut que j’arrête de gamberger,  je continue ma route, laissant cette histoire se régler entre Thaïlandais.

     

    Texte / 4 octobre 2008

     

    « Voyage Vietnam - Saigon Ho Chi Minh en 1990Paris - Un jour d'orage »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    JPSIAM
    Vendredi 6 Juin 2014 à 01:41

    Vite docteur! Il pete les plombs notre Michel.LOL!

    2
    ALAIN MONTPELLIER
    Vendredi 6 Juin 2014 à 08:30

    Je vois que ton oeil et ta prose sont actif des ton retour en thailande

    3
    Jean-Marc
    Vendredi 6 Juin 2014 à 08:36

    De quoi étayer les arguments de quelques machos qui ne manqueront pas de réaffirmer combien une femme peut être casse-c...!mad

    4
    Vendredi 6 Juin 2014 à 08:55

    Es tu reparti ??????  belle histoire avinée, mais vrai ou sortie de ton imagination ??????

    Bisous bonne journée

    5
    Vendredi 6 Juin 2014 à 10:03
    Eglantine lilas

     je ne t'imaginais pas dans le role de voyeur rho Michel  !!!!!!happy

    bisous

    6
    Vendredi 6 Juin 2014 à 10:56
    justine

    Tiens , tu as dit "bizarre", comme c'est bizarre , Michel !

    De la fiction ou du réel ? En tout cas bien joliment racontée cette histoire !

    attention : les roubignolles sont fragiles ! lol !!!

    Bien amicalement.
    justine

    7
    Samedi 7 Juin 2014 à 19:54

    JPSIAM /  Je vais peut-être aller en consultation à Sainte-Anne !...

    ALAIN MONTPELLIER /  Merci Alain, j'espère que tu vas bien...

    Jean-Marc /  yes.. Que voila un excellent raccourci !...

    Anika de Normandie /  Thaïlande : Hélas, non. J'ai failli partir en Mai et puis cela a été reporté. Peut-être en Octobre prochain...

    Pour l'histoire : Le couple était tout ce qu il y a de plus vrai. L'homme essayait vraiment de tenir la femme debout et de la faire avancer tant bien que mal. Plutôt mal d'ailleurs parce qu'elle ne voulait pas. En les observant longuement, c'est mon imagination qui a inventé le texte. . . pour illustrer la scène.

    Eglantine lilas /  Voyeur ?... Ben, ils étaient dans la rue. Je dois cependant reconnaître que j'ai même ralenti mon allure pour mieux observer.    En arrivant à l'hôtel, je n'avais plus qu'à écrire le texte (totalement inventé)  

    Justine /   Mi réel - mi fiction. Le couple était tout ce qu il y a de plus vrai. La femme était vraiment saoule. Je n'avais plus qu'à imaginer une histoire sur cette vision.  Pour les "roubignoles", j'ai vraiment déliré car je ne suis pas certain que, dans son état, elle ait eu assez de force, quoique.....

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :