•  

    De l'autre côté du mur

     

    De l’autre  côté du mur, la liberté

    Est venu lorsque ce mur est tombé.

    Berlin.

     

    De l’autre côté du mur, les prières retenues

    Multiples papiers, glissés, de très loin venus.

    Jérusalem

     


    De l’autre côté du mur, les détenus

    Se passent des objets sur un lien tendu.

    Prison.

     

    De l’autre côté du mur, sont enfermés

    Ceux que la vie a beaucoup trop malmenés.

    Hôpital psychiatrique.

     

    De l’autre côté du mur, des patients,

    Au fond d’un lit s’endorment en espérant

    Guérir et quitter l’hôpital.

     

    De l’autre côté du mur, l’usine ou le bureau

    Ce n’est pas toujours bien, mais ce n’est pas l’échafaud

    Ce n’est que le boulot  

     

    De l’autre côté du mur, jouent des enfants

    Se moquant bien d’un monde indifférent.

    Récréation.

     

    De l’autre côté du mur et des volets clos

    Maman câline bébé dans son berceau.

    Vie de famille.

     

    De l’autre côté du mur, une télévision

    Hurle la musique d’un film d’action.

    Soirée à la maison.

     

    Il revient de l’autre côté du mur, figé

    Se demandant sans doute s’il doit continuer

    Le Passe Muraille

     

    Et si, de l’autre côté du mur, je vous envoyais

    Un fluide de bonheur pour vos destinées

    Que vos vies soient belles - belles - belles !

     

     Déjà publié -  avril 2010

    www.bonnefoy-michel.com

     

    D'autres textes publiés  sur mon ancien blog

    Cliquer ICI

     

     

    Partager via Gmail

    5 commentaires
  • Loin des vieux livres de grammaire, 

    Écoutez comment un beau soir, 

    Ma mère m'enseigna les mystères 

    Du verbe être et du verbe avoir. 

     

    Parmi mes meilleurs auxiliaires, 

    Il est deux verbes originaux. 

    Avoir et Être étaient deux frères 

    Que j'ai connus dès le berceau. 

     

    Bien qu'opposés de caractère, 

    On pouvait les croire jumeaux, 

    Tant leur histoire est singulière. 

    Mais ces deux frères étaient rivaux. 

     

    Ce qu'Avoir aurait voulu être 

    Être voulait toujours l'avoir. 

    À ne vouloir ni dieu ni maître, 

    Le verbe Être s'est fait avoir. 

     

    Son frère Avoir était en banque 

    Et faisait un grand numéro, 

    Alors qu'Être, toujours en manque. 

    Souffrait beaucoup dans son ego. 

     

    Pendant qu'Être apprenait à lire 

    Et faisait ses humanités, 

    De son côté sans rien lui dire 

    Avoir apprenait à compter. 

     

    Et il amassait des fortunes 

    En avoirs, en liquidités, 

    Pendant qu'Être, un peu dans la lune 

    S'était laissé déposséder. 

     

    Avoir était ostentatoire 

    Lorsqu'il se montrait généreux, 

    Être en revanche, et c'est notoire, 

    Est bien souvent présomptueux.

     

    Avoir voyage en classe Affaires. 

    Il  met tous ses titres à l'abri. 

    Alors qu'Être est plus débonnaire, 

    Il ne gardera rien pour lui. 

     

    Sa richesse est tout intérieure, 

    Ce sont les choses de l'esprit. 

    Le verbe Être est tout en pudeur, 

    Et  sa noblesse est à ce prix. 

     

    Un jour à force de chimères 

    Pour parvenir à un accord, 

    Entre verbes ça peut se faire, 

    Ils conjuguèrent leurs efforts. 

     

    Et pour ne pas perdre la face 

    Au milieu des mots rassemblés, 

    Ils se sont répartis les tâches 

    Pour enfin se réconcilier. 

     

    Le verbe Avoir a besoin d'Être 

    Parce qu'être, c'est exister. 

    Le verbe Être a besoin d'avoirs 

    Pour enrichir ses bons côtés. 

     

    Et de palabres interminables 

    En arguties alambiquées, 

    Nos deux frères inséparables 

    Ont pu être et avoir été. 

    Partager via Gmail

    6 commentaires
  • 3/3 - Parc Bagatelle.             

    Démarrer cette vidéo... et voir plus bas.

    On est bien peu de chose
    Et mon amie la rose
    Me l´a dit ce matin

    On est bien peu de chose.

    A l´aurore je suis née
    Baptisée de rosée
    Je me suis épanouie

    On est bien peu de chose.

    Heureuse et amoureuse
    Aux rayons du soleil
    Me suis fermée la nuit
    Me suis réveillée vieille

    On est bien peu de chose.

    Pourtant j´étais très belle
    Oui j´étais la plus belle
    Des fleurs de ton jardin

    On est bien peu de chose.

    On est bien peu de chose
    Et mon amie la rose
    Me l´a dit ce matin

    On est bien peu de chose.

    Vois le dieu qui m´a faite
    Me fait courber la tête
    Et je sens que je tombe
    Et je sens que je tombe
    Mon cœur est presque nu
    J´ai le pied dans la tombe
    Déjà je ne suis plus

    On est bien peu de chose.

    Tu m´admirais hier
    Et je serai poussière
    Pour toujours demain.

    On est bien peu de chose.

    On est bien peu de chose
    Et mon amie la rose
    Est morte ce matin

    On est bien peu de chose.

    La lune cette nuit
    A veillé mon amie
    Moi en rêve j´ai vu
      Éblouissante et nue

    On est bien peu de chose.

    Son âme qui dansait
    Bien au-delà des nues
    Et qui me souriait

    On est bien peu de chose.

    Crois celui qui peut croire
    Moi, j´ai besoin d´espoir
    Sinon je ne suis rien

    On est bien peu de chose.

    Ou bien si peu de chose
    C´est mon amie la rose
    Qui l´a dit hier matin.

    -----------------------------

    Photos Parc Bagatelle. Dimanche 22 juin 2014.

     

    Voir ou Revoir

    la version de Jean-Pierre :  Cliquer ICI.

     


     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique