• Nuit perturbée

    Nuit perturbé 

     Mon cœur bat la chamade, je suis énervé, j’ai chaud, l’angoisse est là, tapie au fond de moi, prête à me sauter à la gorge …..

    Un geste vers la lampe de chevet, elle s’allume. Mes yeux ne s’ouvrent pas facilement, et, après un instant, la main en visière pour atténuer la lumière, je regarde par deux fois le réveil : 3 heures du matin. Il n’y a que 3 h et demi que je suis couché.

    Quel est donc ce cauchemar qui m’a fait bondir du lit au milieu de la nuit ?

    Le souvenir n’est pas facile à revenir. Il était vaguement question d’un coq.

    Nuit perturbée

    Quoi, un coq ?….  Oui, un coq !

    Et ben, v'là aut’ chose !

    Je suis maintenant réveillé. Oublions donc !

    Après la mise en route de l’ordinateur, je me sers un café – pas trop fort tout de même – et prends connaissance des nouvelles sur Internet après ce jeudi noir [Grèves en France], mais il est trop tôt car à Paris, il est 21 heures.

    Quelques tableaux Excel à modifier me retiennent un peu plus longtemps que je ne l’avais pensé et il est 5 h 30 lorsque je retourne au lit.

    Comme c’est bon de se retrouver entre les draps, dans le noir. Je cale ma tête confortablement sur l’oreiller, me tourne côté droit et me laisse envahir par une lente torpeur. Assez vite, arrive ce moment délicieux où l’on n’est pas encore endormi mais où, l’on n’est déjà plus tout à fait réveillé.

    Un moment entre conscience et inconscience, où le corps se détend et l’esprit s’en va doucement.

    Il m’est impossible de savoir combien de temps s’est passé lorsque revient LE COQ !

    Et le cauchemar reprend comme il s’était arrêté :

    Je suis à Dieppe, dans la librairie où j’ai travaillé durant vingt années, dans la réserve. Cette réserve est bizarre, c’est une cave voutée avec un sol en terre battu (c’est bien meilleur pour stocker le vin que la papeterie et les livres).

    C’est pourtant des livres qui se trouvent sur des étagères dans cette pièce !  Mais le plus incroyable, incompréhensible et inquiétant, c’est que je suis face à un COQ méchamment agressif.

    Dés que je fais un pas, il saute en battant des ailes, gonfle le cou, hérisse ses plumes et affirme sa colère. Mais c’est qu’il vous planterait bien son bec dans les mollets cet andouille de COQ

    Cette attitude démontre son envie d’en découdre. Enfin, aurai-je peur d’un Coq ?...

    Je tape des pieds, il recommence sa danse guerrière. Si je recule, il avance, si je tourne à moitié le dos, il fonce. 

    C’est insensé cette histoire. Honte à moi qui ne suis pas rassuré !

    Il est vrai que j’ai de tout temps détesté les volailles et leurs saletés. Dans mon assiette, j’en accepte le blanc, sans trop penser à la bestiole.

    Cette situation dura un temps inconnu et se termina sans vainqueur, ni vaincu. Le sommeil maitrisa cette « lutte » mais n’effaça pas ce cauchemar de ma mémoire, ce qui me permet de vous le décrire ici.

    Quelle signification, quelle symbolique, qu’est ce que cette folle agitation des neurones durant mon sommeil. Autant de questions qui resteront sans réponses.

    Fort heureusement, mon côté pragmatique me dit de prendre les choses pour ce qu’elles sont : Un mauvais cauchemar.

    Et puis, je l’ai échappé belle. Imaginez qu’à la place de ce Coq agressif, je me sois trouvé face à face avec un énorme rat, un gros et grand serpent ou un éléphant en furie.

    Bon d’accord, l’éléphant dans une cave c’est un peu limite, je vous l’accorde.

    Mais, CHUTTTT, ne le répétez pas.

    Avec de telles histoires, est-ce que cela ne me donnerait pas une place privilégiée pour l’ H.P. [Traduction : Hôpital Psychiatrique].

     

    Michel (Thaïlande)

    30 Janvier 2009.

    Nuit perturbée

    Thaïlande - Sourires d'Asie 

     

     

    « Perdre la tête pour un jeune coqPensées pour Michel Delpech »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 4 Janvier 2016 à 00:29

    je crois que ceux qui sont à l'hôpital psychiatrique .......ont de bien plus graves problèmes que 'les tiens' michel .......................ouch

    moi je reve qu'on m'assassine c'est pas genial non plus : on échange ? je prefere ton reve de coq !!..intello

      • Lundi 4 Janvier 2016 à 10:49

        Tu as raison pour l'Hôpital psychiatrique...

        happy  Je t'envoie bien volontiers le coq pour effacer tes rêves ...

        Courage pour ce que tu vis de si difficile actuellement.

        Michel

    2
    JPSIAM
    Lundi 4 Janvier 2016 à 00:52

    Dans une ancienne vie, tu etais donc un coq, gaulois bien sur  qui aime vivre au milieu de la nature avec ses poules et ses poulets en toute liberte et surtout pas en cage.

      • Lundi 4 Janvier 2016 à 10:50

        Bon, me voila rassuré...  Merci Jean-Pierre !

        Bonne journée.

        Michel

    3
    Lundi 4 Janvier 2016 à 08:14

    Mais, dans cette cave pour le vin remplie de bouquins, il devait bien y avoir sur une étagère, un livre de cuisine avec la recette du coq au vin ?

      • Lundi 4 Janvier 2016 à 10:52

        Mais le livre de cuisine était tout en haut d'un rayonnage, et je devais tourner le dos au Coq.

        oops  Et puis, moi et la Cuisine, sans compter qu'il aurait fallu que je torde le cou à ce crétin !

        Alors là !... Même pas en rêve... yes

    4
    Lundi 4 Janvier 2016 à 09:24

    Le coq reste toujours fier et combatif, même quand il a les pieds dans la m....c'est un excellent symbole que de l'avoir dans ces rêves

      • Lundi 4 Janvier 2016 à 10:57

        Un grand merci pour l'interprétation de ce rêve.

        Excellente journée à vous.

        Michel

    5
    LIBELLULE (43)°
    Lundi 4 Janvier 2016 à 09:34

    Avant de cliquer,je vous ai lu avec plaisir

    Faites attention le serpent s'est glissée 

    sous le drap. et vous dans la cave ,

    pour lire bien sûr MICHELsarcastic

    6
    cris
    Lundi 4 Janvier 2016 à 11:52

    ET bien, tu t'es remis a fumer........

    peut être ton signe chinois est le coq, ou bien tu est en manque de volailles qui sait passe au chapon c'est de saison.yes

      • Lundi 4 Janvier 2016 à 19:28

        Un rêve incompréhensible... qui est resté gravé dans ma mémoire un matin en Thaïlande, en 2009, car c'est un texte qui date.

        Il est des rêves particulièrement loufoque, et pourtant je ne fume ni cigarette, ni pétard ni la moquette.

        Merci pour ton commentaire Cris... Très bonne soirée.

         

         

         

    7
    Lundi 4 Janvier 2016 à 18:57

    ...houlala, je reviendra quand tu iras mieux!

    Bises du soir de Mireille du sablon

      • Lundi 4 Janvier 2016 à 19:30

        Ne t'inquiète pas, J'ai eu le temps de me remettre... Mais je continue (encore) à faire des rêves particulièrement insensés.

        C'est grave Docteur ?.  Bonne soirée.

        Bises Mireille.

    8
    Lundi 4 Janvier 2016 à 19:21

    Bonsoir Michel,

    Quelle nuit agitée ! C'est méchant un coq en colère. Parfois, rêve et cauchemars sont bien étranges. Il m'est arrivé de reprendre des cauchemars après m'être levée. Le pire que j'ai fait est que je savais que je faisais un cauchemar, et je voulais me réveiller mais n'y arrivais pas. Cette nuit-là a été le pire de mes cauchemars. La cave remplie de livres ; quant à l'hospital psychiatrique vous n'en êtes pas encore là. Ils sont bien plus malades et/ou dangereux. Et heureusement que l'on nous enferme pas pour un cauchemar... Vous m'avez bien fait rire avec l'éléphant dans la cave yes

    Bonne soirée/

    Amicalement.

      • Lundi 4 Janvier 2016 à 19:33

        Heureusement que tous les cauchemars ou rêves invraisemblables se terminent à peine un pied sur le plancher de la chambre. Mais certains perdurent et ne veulent pas nous lâcher (ou bien, inconsciemment, est-ce nous qui voulons en connaitre la fin) ?

        Le clin d'oeil "hôpital psychiatrique était pour le fun"... Je ne suis pas inquiet.

        Merci pour commentaire, bonne soirée.

        Michel

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :