• Les singes de la sagesse

     

    Les singes de la sagesse

    Ne rien voir

    Ne rien entendre

    Ne rien dire

    ---------------

    Les singes de la sagesse sont un symbole représenté par trois singes, dont chacun se couvre une partie différente du visage avec les mains  le premier les yeux, le deuxième les oreilles  et le troisième la bouche. Ils forment une sorte de maxime picturale : « Ne rien voir de mal, ne rien entendre de mal, ne rien dire de mal ». À celui qui suit cette maxime, il n'arrivera que du bien.

    Une des plus anciennes représentations connues de ces trois singes se trouve au Nikkō Tōshō-gu, l'un des Sanctuaires et temples de Nikkō au Japon. Elle est attribuée au sculpteur Hidari Jingoro (1594-1634).

    En japonais, les trois singes sont appelés Mizaru (見猿) pour l'aveugle, Kikazaru (聞か猿) pour le sourd, et Iwazaru(言わ猿) pour le muet. Ces trois noms signifient littéralement : « Ne vois pas », « N'entends pas », « Ne parle pas ». Plus précisément, leurs noms signifient « je ne dis pas ce qu'il ne faut pas dire », « je ne vois pas ce qu'il ne faut pas voir », et enfin « je n'entends pas ce qu'il ne faut pas entendre », car selon le principe de la secte originelle, si l'on respecte ces trois conditions, le mal nous épargnera. Ils constituent aussi un jeu de mots sur zaru (forme verbale négative) et saru (singe).

    Ils sont venus de Chine et ont été introduits par un moine bouddhiste de la secte Tendai vers le VIIIs siècle. Ils étaient à l'origine associés à la divinité Vadjra.

    Cette maxime fut notamment prise pour devise par Gandhi, qui gardait toujours avec lui une petite sculpture de ces trois singes

    D'autres interprétations sont également connues ou possibles :

    • Il y a ceux qui voient des choses et en parlent, mais n'écoutent pas ce que l'on leur dit…
    • Il y a ceux qui ne voient rien, écoutent les autres et en parlent…
    • Il y a ceux qui entendent et voient des choses, mais n'en parlent pas…

     

    Dans la philosophie orientale, la figure du Ying/Yang invite à trouver une chose et son contraire dans un même cadre. Ces trois singes peuvent aussi métaphoriquement évoquer le contraire de ce qu'on leur fait habituellement dire, et notamment trois comportements d'autocensure pouvant traduire une forme d'irresponsabilité ou de lâcheté :

    • Ne pas vouloir voir ce qui pourrait poser problème
    • Ne rien vouloir dire de ce qu'on sait pour ne pas prendre de risque
    • Ne pas vouloir entendre pour pouvoir faire « comme si on ne savait pas »

    Sources "Wijipédia"

     

     

     

    « Dans les transports en commun.09.Visiter Paris. Vues de Montmartre »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    mireille du sablon
    Mardi 15 Mars 2016 à 18:31

    ...j'ai tout vu, tout lu et je dis: parfait ton article!

    Bises de Mireille du sablon

    2
    Mercredi 16 Mars 2016 à 08:09

    En réalité, tes singes sont affligés par ce petit dialogue que je viens d'inventer: 

    - …

    - Lucas l’ex Emma  

    - Simple ou rebelle ?

    - Rebelle ?

    - Si, si, il y a des exémas rebelles !

     

    - Mais non, je te parle de Lucas, qui a changé de genre !

    3
    JPSIAM
    Mercredi 16 Mars 2016 à 12:32

    La devise des hommes de l ombre! Quand une seconde personne connait une information il n y a plus de secret!...

    4
    LIBELLULE (43)°
    Mercredi 16 Mars 2016 à 13:11

    Dans le meuble de mes parents il y avait les trois singes noirs du SENEGAL

    Je regarderai dans GOOGLE   michel

                                                                GHISLAINE BASTIDEsarcastic

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :