• L'enfant mal-aimé.

    L'enfant mal-aimé.

     Mon précédent article, l'Enfant délaissé, a fait resurgir de ma mémoire une scène vécue voici plusieurs mois, dans le bus Rayong - Bangkok en Thaïlande. Ce jour là, j’ai de la chance, une place est libre immédiatement. Je m’installe et observe (comme toujours) les différents passagers.

    En face de moi, de l’autre coté de l’allée centrale, sont assis : une maman sur un siège et ses deux petits garçons, installés ensemble sur l’autre siège près de la vitre. L’ainé doit avoir environ 4/5 ans et le second  2 ou 3 ans.

    Nous roulons depuis peu, lorsque retendit un cri, l’ainé vient de prendre un coup par le plus petit. Jusque là rien que du banal entre frères turbulents !. La maman ne dit rien. Cela recommence, une fois, deux fois, trois fois. La mère ne dit toujours rien. Le plus grand ne répond pas aux coups de son frère, il se protège comme il peut. Enfin, il dit quelque chose en Thaï à sa mère. Je ne comprends pas, mais la réaction de celle-ci est rapide et bizarre : le fils qui a pris les coups du petit frère, reçoit en prime une taloche. Décidément, pensais-je, ce n’est pas son jour à ce gamin. Quelques instants encore, et la mère prend le fils ainé par le bras et l’installe côté allée. Elle se met ainsi entre ses deux enfants, une fesse sur chaque siège.

    Vraisemblablement, le plus petit voulait être seul à regarder défiler le paysage. Mais maintenant qu’il est seul, cela ne l’intéresse plus. Il se met debout, s’accroche au dossier et, passant derrière le dos de la mère arrive à tirer les cheveux de son frère. L’ainé s’agite, esquive autant qu'il peut la tyrannie de son frère, mais c’est encore lui qui prend une baffe par sa mère. Curieuse façon d’élever les enfants !

    Peu après, le second veut se coucher sur les genoux de sa mère. Il se couche en travers, dos à la vitre. Ainsi les jambes sont du côté de son frère. C'est bien plus commode pour donner de nouveaux coups de pieds au grand-frère. Celui ci se ratatine autant que faire se peut dans le fond de son siège, mais le petit est vicelard et n’arrête pas. La maman réagit après un temps fort long, et tourne dans l'autre sens son second fils, qui se tord, gigote et réussit encore à mettre une gifle sur le nez de son frère.

    La mère ignore toujours l’ainé et donne des bonbons au second, qui en oublie de frapper. Le grand-frère voudrait bien quelques sucreries et demande à sa mère, qui le rejette brutalement avec des mots peu aimables (non compris par moi, mais le ton et le regard en disent long sur l'humeur - et peut être, les sentiments - de cette dame envers ce fils).

    Après les bonbons, ce sont des gâteaux, toujours et uniquement pour le second. L’ainé regarde avec envie, les yeux pleins de tristesse, ce déballage de friandises qu’il ne peut que regarder en salivant !

    Il se rapproche alors de sa maman, se love contre son épaule. Oh ! Pas très longtemps, la réaction de rejet et de colère de cette mère est incroyable. L’enfant met ses bras au dessus de lui, afin de se protéger des coups qu’il pense recevoir par sa mère. Il y a là quelque chose d'anormal ! Du reste, la mère lève la main sur son fils ainé, lorsque nos regards se croisent. Pour cette fois au moins, la gifle ne tombe pas.

    Obstiné, le grand fera encore quelques tentatives pour attirer la gentillesse de sa maman. Ce sera peine perdue...

     

    L'enfant mal-aimé.

    Thaïlande - Aujourd'hui 3

     

     

     

     

     

    « Photos ratéesChâteau de la Madeleine »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 18 Janvier 2016 à 00:53

    décidément ...beaucoup de maltraitances de cette 'mère' .....................mad

    aucun autre passager n'a reagit ??...

    car ok c'est sa mère ...mais moi je n'aurais pas toléré que cette mère ....maltraite son fils ainé ........

    ça en dit long sur la tyrannie du petit dernier qui plus tard sera comment avec les autres ??...

    ça me fait mal de lire ce cas de maltraitance qui rejoint celui de la plage ........... frown

      • Mardi 19 Janvier 2016 à 04:48

        Ma foi, on ne connait pas la vie de cette maman...

        Il est vrai que les apparences n'étaient pas à son avantage.

        Merci citronbleu

    2
    JPSIAM
    Lundi 18 Janvier 2016 à 06:26

    Je comprends tres bien, la reaction de citronbleu, mais nous sommes en Thailande donc une autre approche de la vie.  La protection maternelle infantile  n existe pas ici. Des leur jeune age, les enfants ne savent pas trop de quel sexe ils sont. Ce qui donne des filles qui deviennent Tom  c est dire fille garcon et des garcons qui deviennent lady-boy ou katoy. Dans les autres cas pratiquement toutes, je dis bien toutes,  les filles qui vont au lycee ont toutes un enfant et souvent elles l enmenent a  l ecole maternelle quand elle partent au lycee. 

    La notion de mere n existe pas ici, en generale ce sont les grands parents qui elevent les enfants et les jeunes femmes vont travailler comme hotesse dans les bars de Bangkok, de Pattaya ou de Phuket pour les jeunes femmes de l Isaan la plus grande province de Thailande.

    Dans la plus part du temps les peres disparaissent surtout quand ce sont des hommes Thai maries de plus de 40 ans.

    La Thailande n est pas un modele de vie de la cellule familiale.

      • Mardi 19 Janvier 2016 à 04:49

        Voila un décryptage de la famille Thaïlandaise vue de l'intérieur.

        Merci Jean-Pierre.

    3
    Lundi 18 Janvier 2016 à 07:40

    bonjour du lundi

    a bientôt

    lyly

    4
    LIBELLULE (43)°
    Lundi 18 Janvier 2016 à 09:33

    Cette différence entre ainé et son petit frère;

    je sais ce que c'est q'une mère ingrate.

    MERCI DE LE SIGNALER  MICHEL

                                GHISLAINE  BASTIDEsarcastic

      • Mardi 19 Janvier 2016 à 04:53

        Comme je l'écris dans le premier commentaire, on ne connait pas la vie de cette femme.

        En tout cas cela m'avait surpris et même d'une certaine manière choqué, c'est pourquoi j'avais écrit ce ressentiment.

        Bonne journée Ghislaine.

    5
    Lundi 18 Janvier 2016 à 11:52

    Tu racontes vraiment bien !
    Merci Michel et bonne journée

    6
    Mardi 19 Janvier 2016 à 12:08

    Bonjour Michel,

    Dur à lire cet article. Je plains cet enfant car chez lui ce doit être pire. Où doit-il ? que mange-t-il ? enfin plein de chose. Mal partit dans la vie le petit. Mais avec la permission ou plutôt sans l'intervention de la mère, il ne sait pas et/ou ne saura jamais que ce qu'il fait n'est pas bien ; qu'il ne faut pas le faire. Je plains vraiment cet enfant car étant passée par-là...

    Maintenant, reste à savoir ce qu'à vécu cette mère pour qu'elle rejette ainsi son fils. Comme ce pays n'est pas des plus roses, peut-être l'enfant d'un viol.

    Une très triste histoire.

    Bonne journée.

    Amicalement.

      • Mercredi 20 Janvier 2016 à 08:01

        Ce que j'ai vu était à un moment précis. Peut-être que cette maman avait de gros problèmes (ce qui n'excuse pas tout).

        En voyant ces faits, je n'ai pu m'empêcher de les détailler dans un écrit. Je suis navré si j'ai réveillé quelques anciennes douleurs Mari Jo.

        Je vous souhaite une bonne journée.

        Michel

    7
    Jean-Marc
    Mardi 19 Janvier 2016 à 12:30

    Quelle différence avec certains insupportables "enfants-rois" dont nous connaissons tous ici quelques specimens!

    "Est-ce que les gens naissent égaux en droits à l'endroit où ils naissent?" (Maxime Le Forestier -1987)

      • Mercredi 20 Janvier 2016 à 08:06

        Ce serait un bon exercice que cette phrase de Maxime Le Forestier que tu cites dans ton commentaire !

        Très belle journée pour toi Jean-Marc et merci pour ton commentaire.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :