• L'enfariné de Songkran

    0.SIDA Logo (2)

    Avril 2012

    A peine arrivé à Camillian, plusieurs malades voulurent me souhaiter la bonne année en "marquant" mon visage avec du talc… (Dans un premier temps).

    Ce matin là, tout était bousculé car chacun s’apprêtait pour cette fête, leur fête de nouvel an thaïlandais, SONGKRAN. Les malades aux regards pétillants (sauf les plus souffrants), revêtus d’habits aux couleurs chatoyantes, les visages maquillés (femmes, enfants et quelques hommes), laissaient éclater une grande joie.

    Peu après, je reçus sur le front, sur les joues et...un peu sur les vêtements, une pâte épaisse (farine mélangée avec de l’eau).

    C’est ainsi que je fus « enfariné » pour Songkran en Thaïlande.

     

    L'enfariné de Songkran

    Je ne fus pas le seul... et pour moi, c'était "soft" !

    L'enfariné de Songkran

     

    L'enfariné de Songkran

     

    L'enfariné de Songkran

    Vint ensuite le moment de la procession des statues de Bouddha accompagnée d’une petite fille assise au milieu de pétales de fleurs, (tous porté sur les épaules des garçons). Celle ci se termina dans le bâtiment situé au dessus d’un petit lac artificiel au centre de la mission.

    L'enfariné de Songkran

    Les statues de Bouddha furent délicatement posées sur une table afin d'effectuer la cérémonie de l’eau à Bouddha. Ceci dura un long moment où chacun était très respectueux. La cérémonie de l'eau continua avec les vœux aux anciens et aux responsables de la mission. Alors que je prenais quelques photos, le Directeur de Camillian (ci-dessous) me fit signe de les rejoindre. (Et oui, je suis un ancien !). !).

    L'enfariné de Songkran

    Je m’exécutais en m’asseyant parmi eux sur l'estrade face à l'assemblée.

    L'enfariné de Songkran

    Tous les enfants et une grande partie des malades valides prirent de l’eau et des pétales de fleurs dans des récipients qu'ils vinrent nous verser sur nos mains. Jeter quelques gouttes d’eau que nous venions de recevoir, sur la tête et le visage de ceux qui nous souhaitaient le bonheur, était de bons augures pour cette nouvelle année. C’était la toute première fois que je reçus autant de vœux en si peu de temps. Un moment extrêmement émouvant à jamais graver dans mon cœur !

    Pour cette journée particulière, le Père Giovanni CONTARIN, fondateur du Centre Camillian, avait effectué le déplacement depuis Bangkok. 

    130 personnes se trouvaient à la mission. Ma tournée habituelle pris une allure folklorique, mais tout le monde obtint satisfaction, et sans doute, quelques petits malins furent servis deux fois.

    Le repas devint une joyeuse cacophonie. Je partageais ces instants en admirant cette gaieté, cette bonne humeur et ces sourires.

    Après une petite averse, l’après-midi laissa place aux jeux comme l’an dernier. Les "Pom-pom girls" et quelques "Pom-pom boys"   (dit-on cela ?) encourageaient avec la voix et les chants, leur équipe. Elles étaient quatre : Verte – Rouge – Jaune et Bleue.

    Les pistolets à eau commençaient à devenir menaçants et un stockage de drôle de poches d’eau me laissait imaginer une partie où pas un d’entre nous n’en sortiraient à sec.  

    Bien avant la fin des festivités et le repas du soir, je partis sur la pointe des pieds, les laissant tous à leurs jeux et ces merveilleux moments de plaisir !  

    Sawadee pi mai.

    (Bonne année en Thaïlandais). 

     


    Fête de l'eau en Thaïlande - no comment par nocommenttv 

     

     

     

    Partager via Gmail

    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique